[Debriefing] Nous avons joué à Night Witches

Il est temps que je vous raconte comment s’est passé notre test de Night Witches. Après quelques semaines de préparation intense d’aides de jeu (le jeu n’est qu’en anglais), nous nous sommes lancés. Nous avons fait deux parties. Night Witches est un jeu de Jason Morningstar propulsé par l’Apocalypse où l’on incarne des aviatrices soviétiques pendant la seconde guerre mondiale.

Enfin un jeu qui propose de jouer uniquement des femmes loin des clichés sexistes que véhiculent certains univers de jeu de rôle.

Nous étions 6, 5 joueurs et moi-même dans le rôle de mj. A l’exception d’un des joueurs , il s’agissait pour nous de notre premier jeu propulsé par l’Apocalypse.
J’étais très enthousiaste pour ce jeu et ce système.
A la lecture du jeu, ça me semblait assez simple et limpide, malheureusement la mise en application n’a pas été aussi fluide que je l’espérais lors de la première partie. Pour la deuxième, ce fut un peu plus simple, les grandes lignes du système étant assimilées.
Le jeu étant en anglais, j’ai passé pas mal de temps à traduire et préparer des aides de jeu en français (dispo là).  Je n’ai probablement pas accordé assez de temps à l’approfondissement des éléments d’ambiance nécessaires pour rebondir en jeu. J’ai essayé de corriger ça pour la deuxième partie mais le contexte étant très différent de nos habitudes, j’ai eu du mal à improviser en cours de partie.

J’avais choisi d’utiliser la création de perso guidée pour amener peu à peu les différents concepts en jeu: si ça limite quelque peu la liberté des joueurs ça a le mérite de pas nous parachuter sans garde-fou.
Si le lancement de la partie à été assez laborieux, cela allait mieux vers la fin.

Le système en lui-même est assez  simple puisqu’on utilise que 2d6 dont les résultats sont toujours interprétés de la même manière (pas de seuil de difficulté variable,  juste un bonus sur le résultat de temps en temps). Le fait que le résultat de chaque action soit prévu me paraît propre à donner une ambiance particulière.  Moi qui ai parfois du mal à être « sévère  » avec mes pj, ça me plaît.

Les différentes actions propres à chaque Caractère viennent customiser chaque personnage au fur et à mesure qu’il en acquiert. Le système de traumatismes permet d’approfondir le background d’un PJ sans que le BG doive être prêt auparavant.  Mais il demande une certaine réactivité au joueur qui doit proposer des éléments de contexte.  C’est d’ailleurs un changement important que cette action possible du pj sur le monde: le mj n’est pas la « bible » de l’univers.  C’est reposant pour le mj mais faut prendre le coup de main pour tout le monde.

Par contre,  j’ai pas très bien su gérer les menaces, principes et autres feuille de route du MJ: faut que je me trouve des mécanismes sur la façon de les amener en jeu. A part imaginer avant les thèmes à aborder, j’ai eu du mal à improviser sur ces grands thèmes assez succincts.

Bilan: Je pensais que ce système, dont j’ai beaucoup entendu parler, aller révolutionner ma pratique et que je voudrais l’adapter à tous mes univers. J’aime beaucoup ce système dans le sens où il convient parfaitement à l’ambiance et l’univers proposés par l’auteur. Il pousse à jouer dans une certaines ambiance, c’est une réussite sur ce point. Night Witches est un jeu assez cadré: l’histoire ne tourne pas autour des aventures variées vécues par les personnages mais autour des liens et destins personnels et affectifs des PJ. C’est vraiment un jeu où les PJ sont au centre de l’action.

Nous y rejouerons certainement mais probablement pas lors d’une campagne hebdomadaire.

Vous

Laisser un commentaire