[Trône de Fer] Le point sur la campagne: Entends mon chant

Après six séances (plus un one-shot d’introduction), je sens le besoin de faire le point sur notre campagne à Trône de Fer. Mes joueurs sont donc priés de passer leur chemin, je vais parler spoilers et tambouille de MJ. Lire la suite vous gâcherait notre campagne.

LTdF_JdR_NK_ScreenInterior_FR

Genèse

J’ai lancé l’idée d’une campagne Trône de Fer à mes trois joueurs habituels, il y a de cela un peu plus de trois ans. Ils ne sont pas des fans de la saga et ne connaissaient pas grand chose à l’univers. Mais notre table aiment les jeux historiques et nous n’avions jamais fait de médiéval, donc je n’ai eu aucun mal à leur vendre un monde proche du nôtre où la magie est peu présente.

Je n’ai jamais envisagé de jouer à la période des livres: je me serais sentie tenue de respecter la chronologie, ça m’aurait bridé. Je n’ai pas hésité sur la période où nous jouerions : ce serait la première Rébellion Feunoyr. Dès ma première lecture de la saga, je m’étais dit que ça ferait un chouette contexte de jeu: suffisamment proche dans le temps pour avoir des éléments similaires, mais assez éloigné pour me donner une grande liberté, ainsi qu’aux PJ. C’est un évènement majeur où tout aurait pu basculer.

Dès le début, j’avais de grandes ambitions pour cette campagne: je veux que les joueurs soient libres d’entreprendre les actions qu’ils souhaitent et que celles-ci aient un véritable impact sur le monde. Je serai ravie si on part dans l’uchronie. Pour une fois à notre table, les personnages-joueurs ont du pouvoir. En effet, à nos jeux habituels nous incarnons des petites gens, ou des classes moyennes sans impact majeur sur le monde (des adultes tout juste initiés à Würm, des prostituées et leur souteneur à Te Deum, …) Le système de jeu de Trône de Fer se prête particulièrement à des jeux de pouvoir donc ça roule.

Création de campagne

Donc nous créons d’abord la maison des PJ, ça nous prendra deux séances car le premier essai était…ridicule en terme de capacité d’action (je crois qu’ils avaient tiré 3 en puissance militaire…). Une troisième séance pour les persos eux-même et nous voilà parés.

Maison Skall: vassale des Tully de Vivesaigues, possède une île, Mortaigue, dans la baie du Fer-Né et un manoir, Castel Aquilon, sur le cap des Aigles. Ennemi héréditaire des Mallister de Salvemer.

Les PJ sont:

Dagon Skall: jeune adulte, fils de lord Corwin et héritier de la maison Skall

Naerys Volmark: sa tante, veuve de lord Greydon Volmark, réfugiée avec son jeune fils après le putsch de l’oncle Volmark à la mort de lord Greydon.

Jared Lothston: jeune adulte, pupille auprès des Skall (2ème en ligne de succession pour Harrenhal, tenue par les Lothston)

[Un quatrième joueur nous rejoindra peu de temps avant le début effectif de la campagne: Aegel Rivers: demi-frère bâtard de lord Corwin et Naerys]

Je n’avais quasiment rien préparé avant la création de la maison et des persos car je voulais créer une campagne faite sur mesure pour eux. Donc une fois cette création faite, commence un (long) moment de maturation créative. J’ai cherché à un créer un arc narratif par PJ pour que chacun puisse être au centre de l’action et avoir ses enjeux propres [Je planche encore sur le 4ème arc, mais je songe de plus en plus à le laisser émerger pendant la campagne]. Voici mes trois arcs:

Eliminer un rival: le fils de lord Volmark monte une expédition pour éliminer le fils de Naerys (héritier légitime Volmark) et ainsi prouver sa valeur à son père

Vengeance Mallister: les Mallister entendent se venger des Skall et reconquérir Castel Aquilon (qui leur a appartenu pendant un siècle après une révolte malheureuse des Skall)

Fils de son père: Jared Lothston n’est pas le fils légitime de feu Godwin Lothston mais celui du mestre d’Harrenhal (évidemment, ni le perso ni la joueuse ne sont au courant)

Tout ça sur fond de mécontentement grandissant puis de rébellion ouverte.

C’est de très loin mon projet le plus ambitieux depuis que je suis MJ, et même à notre table de jeu. Lorsque j’ai commencé à préparer la campagne, je savais pas trop comment m’y prendre donc j’ai décidé d’utiliser la Bible du Meneur de Jeu. Ce livre donne des conseils de création de scénar, de campagne, de maîtrise… Or, il y  a un souci: la méthode présentée demande de partir de la fin : de la scène finale à laquelle on veut arriver, du climax. Ca m’a bloqué pendant longtemps, car si je visualisais très bien la bataille d’Herberouge, c’était en contradiction avec mon envie de laisser toute latitude à mes PJ quant à l’issue de leurs actions.

J’avais des conseils pour faire une campagne linéaire là où je voulais faire du bac à sable. J’ai donc laissé tomber ce bouquin et commencé à préparer comme il me semblait nécessaire. J’ai préparé plein d’outils pendant cette période: générateur de noms, de maisons, liste des maisons de Westeros, organigramme des relations entre les maisons, etc… Mais je n’avançais pas sur le scénar. Faut dire aussi que j’ai été pas mal distraite par Star Wars the Old Republic sorti pile à ce moment-là et sur lequel j’ai joué de manière intensive pendant six mois.

Je voulais faire de cette campagne mon entrée dans la masterisation avec musique: à la manière de la série, je voulais illustrer chaque Maison avec un thème musical particulier, ou chaque lieu, ou chaque PNJ majeur… Après de nombreuses recherches sans trouver LE thème, je m’aperçois que je maîtrise comme d’habitude: une playlist de BO en fond sonore et pis c’est tout.

Première séance

Je voulais faire une séance d’introduction à la manière des prologues des livres: une action courte déconnectée du reste mais donc les enjeux ont des échos dans le reste de l’intrigue. J’ai essayé d’imaginer un scénar en flash back: les PJ joueraient deux perso, un dans le présent, un dans le passé et l’intrigue des deux scénars se ferait écho. Après chaque scène, on switcherait d’une période à l’autre. Je n’ai pas réussi à mener le concept à son terme, et aujourd’hui, je ne suis plus convaincue de sa faisabilité. Si je n’ai pas réussi tout ce que je voulais, j’ai au moins réussi à planter le décor lorsqu’on la finalement faite (voir l‘article correspondant).

Bon, je m’aperçois aujourd’hui que les joueurs n’ont que très peu de souvenirs de cette partie… c’est pas grave.

L’été dernier, on ne savait pas à quoi jouer le vendredi, alors je me suis jetée à l’eau: ce serait maintenant ou jamais. Je me connais, je suis plus efficace sous pression avec une deadline très serrée. Je n’étais pas plus prête que six mois ou un an auparavant mais j’avais trois jours pour y remédier. Ca a fini en mise au point du scénar dans le quart d’heure précédant le début (la procrastination c’est mon dada). Une petite intrigue très locale: séance de doléances (inspi Kaamelott) où l’héritier remplace son père souffrant: un paysan vient se plaindre que son voisin lui a pris sa parcelle. Ca finira en plan de grande envergue pour la rerépartition des parcelles de tout le monde. Et on clôt la séance de jeu avec l’annonce de la mort d’Aegon IV et de la légitimation de tous ses bâtards.

Cette séance s’est vraiment bien passée, les joueurs ont accroché à l’intrigue et aux enjeux plus vastes. J’ai pris confiance en moi sur mes capacités à improviser de manière crédible, mais, du coup, ça m’aide pas à vaincre ma procrastination^^.

Depuis, on se retrouve entre une à deux fois par mois pour faire avancer cette campagne dont vous pouvez lire les résumés.

Une bonne première séance ne préjuge pas de la suite. Mon souci majeur actuel est de dynamiser nos séances. Nous avons une table où l’action est lente, les joueurs très prudents, les combats extrêmement rares et les prises de risque encore plus. Ils sont actuellement dans une phase de négociations commerciales où il y aura forcément des mécontents. Le PJ Lord (il a hérité) marche sur des œufs. Après une discussion sur Twiter (où je suis @AylaDoC), j’ai quelques pistes à base de pression sociale et de compte à rebours.

Les outils que j’utilise

J’ai parlé il y a peu de l’aide que peut apporter à une table l’usage d’un wiki. J’en utilise deux en fait: un pour les PJ où toutes les infos sont utilisables par les joueurs et un pour le MJ où je tiens à jour les infos dont n’ont connaissance ni les PJ ni les joueurs.

Je me sers au maximum des fonctions permises par le logiciel mediawiki: portail, images cliquables, arbres généalogiques, infobox… Vous pouvez jeter un coup d’oeil pour voir ce qu’il est possible de faire.

Dans la présentation du monde à mes PJ et notamment de la masse de Maisons différentes, j’use de la technique du « brouillard de guerre » qu’on trouve dans certains jeux vidéos: je parle d’une maison quand les PJ sont confrontés à l’un de ses représentants: ainsi, au fil des séances, ils élargissent peu à peu leurs connaissances. Une nouvelle maison est toujours connectée à une autre: ce n’est pas la Maison X mais la maison avec laquelle la maison Y a conclu des fiançailles pour leur héritier. La toile des relations se dessinent ainsi peu à peu. L’avantage pour le MJ c’est que ça ne m’oblige pas à mettre noir sur blanc l’intégralité de la géopolitique de Westeros: quand j’ai besoin d’un tout nouveau PNJ, je pioche simplement dans la liste des Maisons inutilisées.

Etat actuel des relations entre Maisons (hors liens de vassalité)

Etat actuel des relations entre Maisons (hors liens de vassalité)

J’ai créé le schéma ci-dessus avec le logiciel Scapple que je recommande vivement. On ne peut plus simple à utiliser et très rapide quand on veut écrire aussi vite qu’on réfléchit.

J’ai toujours sous la main un générateur de noms: prénom+Maison. J’ai commencé à le créer sous Tablesmith (fichiers dispo ) mais je suis récemment passée à Inspiration Pad Pro qui bugue moins et surtout a une appli Android. Vu que j’ai ma tablette quand je maîtrise, c’est pratique. Je mettrai sous peu à dispo les fichiers source pour Inspiration Pad Pro.

J’ai toujours un peu de mal à lancer mes séances, les cinq premières minutes sont toujours les plus laborieuses, donc je conditionne notre lancement: un générique puis un résumé de la séance précédente par un PJ et on y va.

Mes PJ ayant une île et une flotte de guerre, et vu l’absence des spécificités du combat naval dans les règles de bataille, j’ai créé les miennes propres et créé la spécialité Navigation.

Vu mon souhait de laisser toute latitude aux PJ d’influer sur le cours de l’Histoire, j’ai commencé à mettre au point un système de « Gestion de guerre » à base de points de victoire et de coefficient d’influence des maisons impliquées. Ce n’est pas encore finalisé mais je le mettre à dispo lorsque ça le sera.

Dans la catégorie mauvaises surprises, j’ai acheté en catastrophe le livre de base Edition des Trônes après avoir constaté les différences avec ma première édition (en pleine entraînement à la joute, le PJ qui amène son bouquin me fait remarquer que dans le sien ça prend une page et demie et dans le mien à peine quelques paragraphes).

Pour la gestion de la maison, nous utilisons le supplément Out of Strife Prosperity qui ajoute un grand nombre d’options pour les terres.

Le nombre de Maisons étant très important, je me suis faite ma liste personnelle de celles susceptibles d’intervenir. Ça en fait quand même 160, de quoi voir venir. Les PJ ne devraient y voir que du feu, et ça limite le travail que j’ai à produire.

Last but not least: Game of Thrones – Trône de Fer : les origines de la saga est une mine de renseignements sur l’histoire de Westeros, un must have pour tout MJ (surtout pour jouer à d’autres périodes, dans ce cas, il remplace avantageusement le Guide du Monde). Dommage qu’il soit paru très récemment, ça m’aurait bien aidé.

Mes envies pour la suite

  • Faut vraiment que je révise les règles.
  • Appliquer les règles d’Intrigue (prévu pour notre prochaine séance, dans 15 jours)
  • Faire des fiches récapitulatives: Intrigue, Combat, Spécificités des armes
  • Finir la cartographie des Maisons
  • Finaliser la « Gestion de guerre »
  • Créer les stats des Maisons
  • Quel type de scénar pour un mariage où mes PJ ne sont qu’invités?
  • Que se passera-t-il lors du fameux Tournoi du Conflans à venir?

Je ne manque pas de sujets de réflexion. Hâte d’être à a prochaine séance!

 

 

 

 

 

 

 

 

4 Commentaires

  1. Retour Ping[Trône de Fer] Quand situer sa campagne? | Du dé au clavier

  2. Témoignage vraiment très intéressant pour un MJ qui vient tout juste de commencer sa campagne la semaine dernière.

    Je confirme que « Les origines de la Saga » est quasiment indispensable, riche en informations et en source d’inspiration. Il apporte de la matière à un monde qui, dans les romans, n’est finalement qu’effleuré.

    Le lancement de ma campagne a été très long lors de la première partie, mais je trouve ça normal. Toute oeuvre a besoin de temps pour se mettre en place. C’est tout un art de le faire sans le bruit de la mécanique.

    Perso j’ai masterisé du Warhammer, Werewolf, Thoan et INS/MV, et je n’ai jamais eu autant de boulot qu’avec le TdF ! Et je ne fais pas autant d’outils que toi. Par contre je me suis fait des arbres généalogiques assez touffus et ils me sont indispensables. Une partie de TdF sans l’enjeu dynastique est un non-sens, donc mes arbres m’aident à souligner les situations de chaque famille (Caerwin, famille des joueurs, en danger car enfants pas mariés, les Nègrebar et les Costayne avec plein de cousins et enfants, les Rhysling qui sont également en danger, d’ailleurs la Maison est vouée à disparaître).

    Le TdF c’est pas une bande de gobelins sur-excités ou un vampire multi-séculaire qui veut dominer le monde, c’est une foule de nobles qui se tirent la bourre. Je n’ai jamais créé autant de PNJ, et comme toi j’improvise aussi en sortant des pnj en un claquement de doigts (je ne peux pas tous les créer en avance).

    Un souci énorme que j’ai rencontré : l’héritier joue beaucoup, l’intendant joue pas mal, le bâtard se démerde bien, mais le quatrième fils de 14 ans qui veut faire mestre ben c’est pas facile de le faire jouer. Heureusement les 3 autres PJ ont décidé de le marier à une fille de bonne famille, et qu’il serait donc pas mestre ^^).

    Les règles sont assez « lourdes » et nécessitent une bonne pratique. J’ai fait 2 intrigues, mais vu l’écart entre le PJ et le pnj ça a tourné à un seul jet de dé, et c’est tant mieux !
    Faut aussi comme toi que je bosse les règles pour que ce soit plus fluide, donc lecture et relecture !Mes PJ ont des bateaux, donc je vais te piquer les règles que tu as mis au point 😉

    La procrastination je connais, j’en suis même un spécialiste :p Mais avec le TdF c’est vraiment risqué. Pour ma partie j’ai écris jusqu’à 5 heures du matin. Maintenant je prépare la seconde partie avec plus de soin, et je la pense en « scènes » de série, comme le préconise le bouquin de règles. Et oui si on peut mettre de petits événements comme dans les autres jdr, faut pas se voiler la face : c’est dans le déroulement de grandes scènes cruciales qu’on peut tirer la substantifique moelle du TdF. Exemple : le bal de Hautjardin et le Tournoi vont prendre au moins chacun 2-3 heures de jeu je pense.

    Bon, j’ai encore trop écris.

    Roland de Rohan

    • Merci pour ce commentaire! On a pas encore testé l’intrigue mais c’est au menu de la prochaine séance (on s’est arrêté juste avant en fait, vendredi).

      Je suis pas très à l’aise avec les conseils sur les xp donnés dans le bouquin: j’ai du mal à identifier des scènes définies. Mes PJ étant lents, j’ai décidé d’octroyer 2XP par séance à chaque PJ, indépendamment de ce qu’ils y font. Comme ça ils n’ont pas le sentiment de stagner et ça reste modeste. Mais lorsqu’ils accompliront de vraies choses (ex: négociations menées à bien), yaura un boost significatif pour refléter ça.

      De même, ils ont encore jamais utiliser leurs points de Destinée, faudra que je les aiguille là-dessus je crois.

      Est-ce que le résumé de vos parties est consultable en ligne?

  3. Roland de Rohan

    Je n’ai que peu d’affinités l’informatique, je ne mettrais donc pas les résumés de nos parties en ligne, ni ferais un site sur ma campagne.
    Evidemment je vais faire un résumé avant chaque partie pour rafraîchir la mémoire de mes joueurs.
    Mon gros problème c’est qu’on ne ne va jouer qu’une fois tous les mois. En prenant de l’âge on a moins de temps, donc il faut vraiment faire de la qualité pour que la partie mensuelle soit réussie.

    Très très frustré par la distribution des xp. je trouves que ça fait des pj « figés » dans le temps. Et comme l’a fait remarquer quelqu’un sur le forum de la GdN on apprend pas à la même vitesse selon qu’on est jeune ou vieux.
    Surtout avec une partie par mois mes joueurs risquent de se lasser de n’avoir pas de récompense significative. le temps de jeu pouvant s’étirer sur des mois et des années ça me semble encore plus justifier d’être généreux en XP.

    Pour l’utilisation des points de destinée je vais faire comme à warhammer : une petite aide de jeu que les PJ auront en main pendant la partie. Par contre l’intérêt de « brûler » un point de destinée me semble vraiment minime.

    Je vais axer ma partie sur des tractations de mariage pour protéger/consolider la maison; sur l’ambition d’une maison rivale d’avaler la maison des joueurs; sur un intrigue parallèle entre deux maisons suite à une histoire d’infidélité (un jeune écuyer qui a eu une relation avec la lady de la maison où il sert.
    Je vais rythmé tout cela avec la géopolitique des Sept Couronnes, en particulier la politique dornienne et la rébellion Feunoyr, qui selon moi se met en place peu à peu au fil des années.

Laisser un commentaire