Papers, please

Aujourd’hui je vais vous parler de ce petit jeu au thème dérangeant: vous incarnez un agent de l’immigration à un poste-frontière d’un pays type RDA.

 

La loterie du travail vous a attribué ce poste. Votre rôle est de contrôler les papiers de ceux qui souhaitent entrer en Arstotzkan, de les accepter ou de les refuser. Gare aux terroristes, aux espions et aux contrebandiers.

Vous êtes payé au nombre de dossiers traités. Chaque jour ou presque vous recevez de nouvelles consignes qu’il vous faudra appliquer sous peine d’amendes. Or, vous avez une famille à nourrir, chauffer et loger. Vous aurez donc tendance à enchaîner un maximum de personnes le plus rapidement possible. Car, oui, c’est chronométré. Les documents à vérifier sont assez variés (passeports, tickets d’entrés, autorisation de travail..), changent selon les consignes, et portent chacun des informations différentes qu’il faut recouper (noms, photo, n°, dates d’expiration, cachets…).

Le gameplay évolue peu à peu, les procédures se complexifient, les documents changent, les actions à votre disposition se diversifient (interrogatoire, empreintes digitales, radio, détention…). Très vite on se retrouve à devenir un bureaucrate tatillon plongé dans les documents et faisant peu de cas de ce que dit la personne contrôlée. Ainsi, pour gagner quelques précieuses secondes, il faudra appeler la personne suivante alors que la précédente, emmenée en détention, proteste de son innocence. Flippant. Et glauque.

Le jeu est en anglais, mais pas très difficile à comprendre, la plupart des vérifications concernant des dates et des lieux imaginaires. Il coûte environ 8€ sur le site officiel et les vaut carrément. Enfin un jeu original.

A tester absolument.

Laisser un commentaire