THX 1138

Pour la plupart, ces quelques lettres et chiffres n’évoquent rien ou alors un bandeau publicitaire pour une technologie au début d’un film. Pour les fans de Star Wars, ils désignent tout simplement le premier film réalisé par George Lucas en 1971 (avec Coppola en producteur), basé sur un court-métrage réalisé pendant ses études de cinéma quelques années plus tôt.

 

Il s’agit d’un film de science-fiction décrivant une dystopie où la société est contrôlée entièrement par l’Etat. Observés à chaque instant, les habitants de ces abris souterrains ne sont pas directement maltraités. Ils sont conditionnés à coup de drogues inhibantes, de messages audio (« tout va bien se passer », « nous ne vous ferons pas de mal », « soyez heureux »), de délations encouragées (merci les boîtes à chaque coin de couloir) et de police omniprésente (des androïdes argentés flippants). La norme et la conformité sont les valeurs absolues et la consommation un credo ressassé ad nauseam. Les habitants peuvent acheter des trucs de couleur qu’ils mettent à la poubelle en rentrant chez eux, les veinards. on est dans une société où une chasse à l’homme s’arrête car le budget alloué à celle-ci a été dépassé.

On suit donc la vie de THX 1138, un mécanicien de précision dont la colocataire, LUH 3417, va modifier le traitement pour qu’il ressente des émotions. Ils seront arrêtés pour trafic de drogue et perversion après avoir couché ensemble. S’ensuivra procès, détention, évasion.

J’ai du mal à déterminer ce que je pense de ce film. C’est un pur film de SF à l’ambiance angoissante et aseptisée. Tout y est blanc. Il y a très peu de dialogues, ce qui illustre bien le caractère déshumanisé de cette société. On retrouve des éléments qui évoquent Star Wars (THX qui construit un robot qui ressemble beaucoup à C3-PO, une technologie de l’époque qui a très bien vieilli à l’image, Buck Rogers une des inspirations majeures de G. Lucas, une scène de poursuite qui préfigure le rythme des combats spatiaux…).

Je ne regrette pas de l’avoir regardé et vous encourage à faire de même. Il est actuellement en replay sur OCS.

3 Commentaires

  1. j’ai souvenir de l’avoir vu il y a pas mal d’années. autant j’avais apprécié l’idée et l’esthétique très épurée, autant je l’avais trouvé un peu mou au niveau scénario et rythme. Disons, qu’il faisait beaucoup « film d’étude », qui annonçait un réalisateur prometteur, mai pas encore tout à fait abouti.

  2. Film a couplé avec la lecture de 1984 de G.Orwell qui je pense est l’oeuvre fondatrice de ce genre en littérature et au cinéma.

  3. Le rythme est assez bizarre, heureusement c’est assez court (1h30 à peine), ça permet d’être plus indulgent.
    1984 est prévu, il est également dispo en replay sur OCS, je vais essayer de le voir avant qu’il ne le soit plus.

Laisser un commentaire